Accueil Life with Enovap Rencontre avec Dominique Aubert, fondateur de La Chaîne de la Vape

Rencontre avec Dominique Aubert, fondateur de La Chaîne de la Vape

par admin
0 Commentaire 237 vues

Vous êtes familier avec le milieu de la vape ? Vous devez forcément le connaitre. Aujourd'hui, rencontre avec Dominique, fondateur de la Chaîne de la Vape, dans le cadre d'un bref interview. On vous laisse découvrir ça !

Propos recueillis par Noémie A, juin 2020.

Hello Dominique ! Pourrais-tu te présenter rapidement ? (aux personnes qui ne te connaissent pas encore dans le monde de la vape 😉)

Bien que la bande dessinée sortie l’année dernière au Vapexpo me surnomme « le Spielberg de la vape », je suis plus humblement le producteur de La Chaîne de la Vape.

La Chaîne de la Vape diffuse dans son réseau d’écran en boutique spécialisée un programme TV entièrement dédié à la vape. Nous produisons actuellement une bonne vingtaine de vidéos par semaine.

En 2014, ayant de bonnes connexions avec des chaines de télévision, j’ai rapidement réalisé un pilote de l’émission Locomotube avec Emmanuelle Béart, qui a été très bien reçu par 2 chaînes, mais l’annonce de la TPD européenne a stoppé net le projet.

Il a fallu attendre la sortie de la TPD pour choisir le modèle économique actuel. La Chaîne de la Vape compte aujourd’hui une audience d’à peu près 500 000 spectateurs/mois.

Que faisais-tu avant de rejoindre le monde de la vape et d'en faire ton métier ?

J’ai fait beaucoup de métiers, du jeu vidéo en passant par le sound design, la production de contenus multimédia ou encore la production technique pour le cinéma et la télévision. 

Depuis combien de temps travailles-tu dans le milieu de la vape ? Pourquoi avoir choisi cet univers ?

Après plusieurs dizaines d’années de tabac et étant un peu geek, en 2013 je suis rentré dans un Vapeshop à Paris et j’ai acheté le mod le plus branché du moment. Le mod a tenu 15 jours avant de rendre l’âme. J’en ai donc acheté un beaucoup plus simple, et je n’ai plus jamais refumé de ma vie.

Ce n’était pas tout à fait la préhistoire de la vape, mais au moins le moyen âge du vapotage! 

Fumais-tu avant de découvrir la cigarette électronique ? Si oui, quel profil de fumeur avais-tu et quel était ton rapport à la cigarette ?

À l’âge de 15 ans, j’allais avec mon frère en cachette dans la voiture de mes parents, pour y chercher les mégots qui trainaient. Je mélangeais le tabac des mentholées de ma mère et les Gauloises de mon beau père, c’était dégueu, mais j’ai commencé comme ça. 

Puis, le service militaire où l’on recevait toutes les semaines une cartouche de Gauloises troupe a fini par me plonger dans le tabagisme. Résultat : un paquet de roulées tous les 4 jours jusqu’à il y a sept ans maintenant.

Je fumais un paquet de roulées tous les 4 jours jusqu’il y a 7 ans maintenant… Depuis la vape, je n’ai plus jamais refumé de ma vie !

Raconte-nous… Quand a eu lieu ta première rencontre avec Enovap ? Quel a été ton premier ressenti ?

La première présentation d’Enovap a eu lieu en 2014 aux Inovaping days à Paris.

L’Enovap n’était alors qu’un concept, mais j’ai trouvé cette idée très originale, d’autant plus qu’elle avait obtenu la Médaille d’Or au Concours Lépine de 2014. Alexandre, l’actuel président d’Enovap, était tellement enthousiaste que j’ai alors réalisé le 1er interview d’une longue série jusqu’à aujourd’hui.

Recommanderais-tu Enovap aux personnes qui souhaitent arrêter de fumer ?

Oui l’Enovap peut très bien aider à l’arrêt du tabac. Il faut quand même que l’utilisateur soit un tant soit peu porté sur la technologie, car la machine propose pas mal de fonctionnalités.

Avis d’expert ! Quelles seraient tes recommandations pour les personnes qui débutent dans la vape ?

Faites confiance à votre magasin spécialisé. Si le détaillant fait bien son métier, il saura vous guider et vous conseiller.

L’auto-support fonctionne très bien, mais il faut bien choisir parmi la pléthore de groupe sur les réseaux sociaux, le groupe #Jenefumeplus sur Facebook est très bien administré et sérieux.

Un petit mot pour la fin ?

Nous sortons à peine d’une « drôle » de période, et je sais que certains professionnels ne s’en sont pas relevés malgré l’autorisation d’ouverture. Comme je l’ai dit dans le dernier numéro de PGVG , « merci à tous ceux qui ont eu le courage de rester ouverts, mais aussi à tous ceux qui ont eu le courage de fermer », car il en a fallu du courage pour fermer ce qui toute sa vie a été construit, pour se protéger soi-même mais aussi sa famille et ses clients.

J’espère que tous les vapoteurs qui ont du se reporter sur les sites en ligne de vente de vape pendant le confinement reviendront dans leur magasin préféré. Le vendeur est la première  « interface »  avec la vape, capable de conseiller et convertir un primo- arrivant. 

J’espère aussi que toutes nos associations, fédérations, syndicats feront fis des guerres intestines et sauront s’unir, se compléter, se concerter pour faire face aux menaces qui ne manqueront pas de nous tomber dessus. 

Merci à Dominique pour son temps accordé ! 

On se retrouve vite pour une nouvelle interview Enovap. L’équipe Enovap

Vous aimerez certainement

Ecrire un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Ok