Accueil Life with Enovap L’ETAT ANGLAIS PUBLIE SA DERNIÈRE ETUDE SUR LA CIGARETTE ELECTRONIQUE

L’ETAT ANGLAIS PUBLIE SA DERNIÈRE ETUDE SUR LA CIGARETTE ELECTRONIQUE

par admin
0 Commentaire 60 vues

En 2015, les conclusions du rapport effectué par le Public Health England sur le vaporisateur personnel ont eu un fort impact sur l’opinion internationale en fournissant un soutien qualifié sur l’utilisation de ce dernier. En effet, de nombreux experts et organismes professionnels s’entendent maintenant pour dire que le vapotage est probablement beaucoup moins nocif que le tabagisme.

Le dernier rapport publié par le Public Health England le mardi 6 février 2018, tient compte de toutes les nouvelles données probantes sur le sujet à savoir sur :

  • la réglementation
  • l’utilisation du vaporisateur personnel comme outil d’aide à l’arrêt tabagique
  • le profil de sécurité des vaporisateurs personnels
  • la nicotine
  • les nouveaux produits du tabac chauffé

Dans quelle mesure les vaporisateurs personnels sont-ils sans danger ?

07-03-2013-08-00-43

Les preuves les plus probantes proviennent d’études comparant les fumeurs et les vapoteurs qui ne fument pas et qui montrent une diminution dans l’organisme du nombre de marqueurs des substances nocives chez les utilisateurs de vaporisateur personnel.

Nous savons également que, par rapport à la fumée de tabac, les vaporisateurs personnels ne produisent que de faibles quantités de substances toxiques appelés aldéhydes, sauf lorsqu’elles sont réglées sur de fortes puissances produisant des ‘dry-hits’. Dans ce cas d’utilisation, les utilisateurs inhalent rarement la vapeur  qui a des notes de brûlé déplaisantes.

Si l’on tient compte de ces données, les VPs , bien qu’ils ne soient pas sans risque, sont largement moins nocifs que le tabagisme – d’au moins 95 %, le risque de cancer étant inférieur à 1 %.

Public Health England critique sévèrement les rapports d’études dans lesquelles les risques probables des cigarettes électroniques sont exagérés. Il souligne également qu’un quart des fumeurs en Angleterre croient, à tort, que les vaporisateurs personnels sont aussi nocifs que la cigarette.

Il serait tragique que certains fumeurs suite aux préjugés n’essaient pas la cigarette électronique.

Les vaporisateurs personnels sont-ils efficaces pour arrêter de fumer ?

Pic_1L’utilisation du vaporisateur personnel est associée à une amélioration des taux de réussite de l’arrêt du tabac et à une diminution de la prévalence du tabagisme. Il est estimé qu’il y a environ 18 000 ex-fumeurs supplémentaires en Angleterre chaque année grâce aux vaporisateurs personnels ; une mise à jour récente suggère que ce chiffre pourrait atteindre 57 000.

Les données provenant des services locaux contre le tabagisme en Angleterre montrent que les fumeurs qui utilisent des vaporisateurs personnels combinés à un soutien comportemental réussissent aussi bien voir mieux à cesser de fumer que ceux qui utilisent d’autres substituts.

Ce qui manque, ce sont les essais cliniques comparatifs randomisés (ECR) sur les EC comme aide au sevrage. Cependant, des études observationnelles bien conçues peuvent être meilleures, car elles pourraient refléter ce qui se passe dans le monde réel – ce que les vapoteurs choisissent d’utiliser peut influer sur leurs chances de réussir à arrêter de fumer.

L’expérimentation avec le vaporisateur personnel augmente-t-elle le tabagisme chez les jeunes ?

Certaines études montrent que les jeunes qui utilisent les cigarettes électroniques pourraient être plus susceptibles d’essayer de fumer, mais certains jeunes peuvent être prédisposés à essayer les deux produits.  L’expérimentation des vaporisateurs personnels chez les jeunes est assez courante, mais l’usage régulier (au moins une fois par semaine) est encore limité à ceux qui ont déjà fumé.

Ce qui est plus encourageant, c’est que la popularité croissante des vaporisateurs personnels semble n’avoir eu aucun effet négatif sur les taux de tabagisme chez les jeunes qui continuent de diminuer.

Où l’utilisation des vaporisateurs personnels devrait-elle être autorisée ?

En 2016, il y avait au moins 25 pays où l’utilisation des VPs était interdite dans les espaces publics fermés. Dans des pays comme le Royaume-Uni, qui n’ont pas d’interdiction, l’utilisation des VPs est encore limitée dans de nombreux contextes, par exemple dans les transports publics et dans les écoles.

Il est important de trouver un équilibre ; le risque d’encourager l’utilisation des cigarettes électroniques, surtout chez les jeunes, et les désagréments qu’ils peuvent causer aux autres, avec la nécessité d’aider les fumeurs à utiliser les vaporisateurs personnels pour arrêter de fumer sur le long terme. C’est pourquoi de nombreux hôpitaux au Royaume-Uni autorisent désormais les vaporisateurs personnels dans certains endroits, alors que le tabagisme est interdit.

Les vaporisateurs personnels affaiblissent-elles les mesures antitabac existantes ?

La prévalence du tabagisme continue de diminuer au Royaume-Uni, ce qui suggère que les politiques existantes ne renormalisent pas le tabagisme. La distinction entre un vaporisateur personnel et une cigarette traditionnelle étant simple, les cigarettes électroniques ne semblent empêcher l’application des restrictions existantes sur le tabagisme.

Quelles preuves souhaiterions-nous voir à l’avenir ?

Dans l’ensemble, les résultats scientifiques sont rassurants et continuent d’appuyer l’idée que les vaporisateurs personnels sont beaucoup moins nocifs que le tabac. Les données suggèrent que les cigarettes électroniques sont utilisées par des dizaines de milliers de fumeurs pour arrêter complètement de fumer et par beaucoup d’autres pour réduire la quantité de tabac fumé.

Les vaporisateurs personnels n’incitent pas plus de jeunes à fumer au Royaume-Uni et la plupart des personnes qui essaient les vaporisateurs personnels ou les utilisent pour arrêter de fumer ne deviennent pas dépendantes.

Ce qui serait pertinent d’avoir comme données probantes dans les années à venir:

  • Enquêtes sur la façon dont les vaporisateurs personnels sont utilisés dans la collectivité, y compris les essais cliniques des vaporisateurs personnels comme aides au sevrage.
  • Études à long terme sur les maladies cardiovasculaires
  • Une évaluation plus poussée des risques potentiels liés aux produits chimiques moins bien étudiés dans les vapeurs de vaporisateurs personnels, tels que les nombreux arômes par exemple.

En termes de politique, tous les fumeurs devraient être encouragés à cesser complètement de fumer, y compris ceux qui fument et utilisent les vaporisateurs personnels. Le soutien des services de tabacologie demeure important pour aider les fumeurs dans l’arrêt du tabac.

 

Si nous voulons parvenir à une génération sans fumée, nous devons continuer de prendre des décisions audacieuses sur les vaporisateurs personnels appuyées par les données dont nous disposons afin de continuer à réduire les méfaits du tabac.

Enovap soutient en ce sens les fumeurs vers l’arrêt définitif du tabac en permettant de contrôler leur taux de nicotine vers une réduction progressive grâce à sa technologie unique Hit Control.

Retrouvez notre dispositif ici : https://www.enovap.com/fr/

Vous aimerez certainement

Ecrire un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Ok