Accueil L'art de rester chez soi Nicotine et Covid-19 : que savons nous ?

Nicotine et Covid-19 : que savons nous ?

par admin
0 Commentaire 156 vues

Dès le mois de mars certains scientifiques comme le Dr Farsalinos et le Pr Dautzenberg faisaient part sur leur compte Twitter de leur étonnement : ils constataient que dans plusieurs études, les fumeurs étaient sous représentés parmi les patients Covid 19 par rapport à leur pourcentage dans la population...

 

Etudes et hypothèses 

Aucune conclusion ne pouvait être tirée de ce fait dérangeant car il existait des biais possibles. Aux USA par exemple les fumeurs ne déclareraient pas leur tabagisme pour des questions d’assurance. Par ailleurs en situation d’urgence, les professionnels de santé n’interrogeraient pas toujours leurs patients sur leur statut tabagique. 

Le 21 avril, une étude française publiée par Qeios enfonçait le clou et suggérait à nouveau qu’une substance dans le tabac, probablement la nicotine, protégerait les fumeurs du Covid19. Il n’en a pas fallu plus pour que certains médias s’emballent avec des titres accrocheurs comme « Le tabac, via la nicotine, semble protéger du coronavirus”


Oui, certes, mais ce titre peut paraître irresponsable quand le tabac fait sur la même période plus de morts que le coronavirus. Les accroches irresponsables, le milieu de la vape ne les connaît que trop bien après une année de titres mensongers comme ‘Malades du vapotage : les poumons comme brûlés par des gaz toxiques’ du Figaro avec AFP.

 

Aujourd’hui nous devons faire attention à ne pas refaire les mêmes erreurs même si la course aux clics sur internet encourage parfois les médias dans ce sens.

 

Rappelons les faits : 

Depuis le 23 mars plusieurs études rapportent une sous-représentation des fumeurs chez les patients atteints du Covid 19. Les études divergent par contre sur le risque de complications sévères et de mortalité chez les fumeurs. 

Deux hypothèses peuvent expliquer cette possible protection :
1) La nicotine se fixerait sur les récepteurs ACE2, points d’entrée du virus dans les cellules, mais cette hypothèse n’est pas probante car les études diffèrent sur l’effet de la nicotine sur ces récepteurs.

2) L’hypothèse du Pr Changeux, neurobiologiste de renom, est que le virus affecte le système nerveux en se fixant sur les récepteurs nicotiniques de l’acetylcholine (ce qui pourrait causer la perte de l’odorat souvent observées). Hors ces récepteurs sont ceux où se fixe la nicotine.  Cette compétition entre le virus et la nicotine pour se fixer sur ce récepteur pourrait freiner l’entrée du virus et diminuer la forte réaction immunitaire observée dans des cas sévères. Une étude va prochainement vérifier cette hypothèse en utilisant des patchs nicotiniques.

 

En conclusion 

Quoiqu’il en soit les chercheurs insistent sur le fait qu’ils n’encouragent pas à fumer car le tabac tue un fumeur sur 2. La nicotine pourrait protéger du virus mais les fumeurs atteints par le coronavirus développent une forme plus sévère due à la toxicité de la fumée du tabac pour les poumons. 


En conclusion le message clair de réduction des risques est le suivant : il faut encourager les fumeurs à quitter le tabac par tous les moyens, cela inclut la nicotine sous toutes ses formes, inhalée (via les inhalateurs pharmaceutiques ou la vape), transdermique comme les patches ou orale (chewing-gums ou pastilles).  

 

Vous aimerez certainement

Ecrire un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Ok